L’attente du Messie

Dans les Écritures hébraïques (souvent appelées « Ancien Testament »), on trouve un certain nombre de passages annonçant la venue d’un « Messie » qui établirait un royaume de justice et de droiture. À l’époque de Jésus, les écrits rabbiniques interprétaient ainsi plus de 350 passages de ce genre. Cette attente messianique était si répandue que Suétone et Tacite la rapportent :
« De temps immémorial il régnait dans tout l’Orient une vieille tradition : les Destins avaient prédit que ceux qui viendraient de la Judée, à cette époque, seraient les maîtres du monde. » Suétone, La vie de Vespasien, IV, 9.
« Peu de Juifs s’effrayaient … ; la plupart avaient foi à une prédiction contenue, selon eux, dans les anciens livres de leurs prêtres, “que l’Orient prévaudrait, et que de la Judée sortiraient les maîtres du monde” ». Tacite, Histoire, V, 13 (4).
Bien sûr, beaucoup s’attendaient à ce que le Messie établisse un royaume physique. Mais un certain nombre de prophéties suggéraient un genre de royaume différent ...
​​
Zacharie 9.9-10 (Second)
Sois transportée d’allégresse, fille de Sion ! Pousse des cris de joie, fille de Jérusalem ! Voici, ton roi vient à toi ; il est juste et victorieux, il est humble et monté sur un âne, sur un âne, le petit d’une ânesse.
Je détruirai les chars d’Éphraïm, et les chevaux de Jérusalem ; et les arcs de guerre seront anéantis. Il annoncera la paix aux nations, et il dominera d’une mer à l’autre, depuis le fleuve jusqu’aux extrémités de la terre.

Ésaïe 53.4-6 (Second)
Cependant, ce sont nos souffrances qu’il a portées, c’est de nos douleurs qu’il s’est chargé; et nous l’avons considéré comme puni, frappé de Dieu, et humilié. Mais il était blessé pour nos péchés, brisé pour nos iniquités ; le châtiment qui nous donne la paix est tombé sur lui, et c’est par ses meurtrissures que nous sommes guéris. Nous étions tous errants comme des brebis, chacun suivait sa propre voie ; et l’Éternel a fait retomber sur lui l’iniquité de nous tous.