Dix lépreux
Luc 17.11-19 : En allant à Jérusalem, Jésus passe le long de la frontière entre la Samarie et la Galilée. Comme il entre dans un village, dix hommes qui ont la lèpre viennent à sa rencontre. Ils se tiennent à distance, et ils lui crient : « Jésus, Maître, aie pitié de nous ! » Quand Jésus les voit, il leur dit : « Allez vous faire examiner par les prêtres ! » Pendant qu’ils y vont, leur peau redevient pure. L’un d’eux voit qu’il est guéri. Il retourne alors vers Jésus, tout en proclamant bien fort la grandeur de Dieu. Il se jette aux pieds de Jésus en le remerciant. Or c’est un Samaritain. Jésus demande :  « Est-ce que tous les dix n’ont pas été purifiés de la lèpre ? Où sont les neuf autres ? N’est-ce qu’aucun d’eux n’est revenu pour rendre gloire à Dieu, à part cet étranger ? » Jésus dit alors à l’homme : « Relève-toi et va, ta foi t’a guéri ! »
Qu’est-ce que Jésus répond quand ces hommes lui demandent son aide ? Il leur dit simplement de se montrer aux prêtres. Ici, Jésus ne fait que suivre la loi. Lévitique 14 commence par ces mots : « L’Éternel parla à Moïse, et dit : Voici quelle sera la loi sur le lépreux, pour le jour de sa purification. »
 
Au milieu du livre de Lévitique se trouvent trente-deux versets de règles détaillées concernant ce qu’une personne guérie de la lèpre doit faire. Un seul problème : depuis les jours où ces instructions ont été écrites jusqu’aux jours de Jésus, personne n’avait jamais eu l’occasion de les mettre en pratique ! Les rabbins de l’époque avaient finalement conclu que cette « loi du lépreux » allait enfin être utilisée lors de la venue du Messie.
 
Alors qu’ils s’en vont voir les prêtres, les (anciens) lépreux découvrent qu’ils ont été guéris. Cependant Jésus poursuit sa route vers Jérusalem et sera loin quand ils auront satisfait aux exigences de la loi avec les prêtres locaux. Jésus aura disparu depuis longtemps. Ils se rendent compte qu’ils sont en train de s’éloigner du Messie !
 
À leur place, je sais ce que j’aurais fait : si quelqu’un m’avait indiqué une démarche à suivre pour guérir de ma lèpre, rien au monde n’aurait pu m’empêcher de suivre ces instructions jusqu’au bout. De toute évidence, la plupart de ces hommes pensaient comme moi.
Mais ce qui est surprenant dans ce récit – même un peu choquant – c’est que la majorité, ceux qui ont suivi la loi avec respect – ceux qui ont observé avec diligence ses instructions en allant chez les prêtres – ne semblent pas recevoir l’approbation de Jésus. C’est cet étranger, ce bonhomme marginalisé (à cette époque, on méprisait les Samaritains) qui reçoit l’approbation de Jésus ! « Est-ce que personne n’est revenu pour louer Dieu, sauf cet étranger ? » , demande Jésus.

Voilà qui ressemble beaucoup à la dynamique qui règne dans tant d’églises à travers le monde. Pour beaucoup de gens, il s’agit de rituels. Mais la majorité est tellement distraite par « faire la bonne chose », qu’elle passe à côté d’une vraie relation avec Jésus – exactement celle que le lépreux samaritain a trouvée en décidant de suivre Jésus plutôt qu’en obéissant à la lettre de la loi.