Les ouvriers de la dernière heure
Matthieu 20.1-16 : « En effet, le royaume des cieux est comme ce propriétaire qui sort, tôt le matin, afin d’engager des ouvriers pour travailler dans sa vigne. Il se met d’accord avec eux pour un salaire d’une pièce d’argent par jour. Puis il les envoie dans sa vigne. Vers neuf heures du matin, il sort et il voit d’autres hommes qui se tiennent sur la place du marché. Ils n’ont rien à faire. Le propriétaire leur dit : “Vous aussi, allez travailler dans ma vigne, et je vous paierai un bon salaire.” Ils y vont donc. Le propriétaire sort de nouveau vers midi et vers trois heures de l’après-midi et il fait la même chose. Vers cinq heures, il sort encore et il trouve d’autres hommes qui se tiennent sur la place. Il leur demande : “Pourquoi restez-vous ici toute la journée sans rien faire ?” “Parce que personne ne nous a engagés,” répondent-ils. Il leur dit : “Vous aussi, allez travailler dans ma vigne !”
« Le soir venu, le propriétaire de la vigne dit à son contremaître : “Appelle les ouvriers et paie-les. Commence par ceux que j’ai engagés en dernier et finis par les premiers.” Les ouvriers engagés à cinq heures viennent et chacun d’eux reçoit une pièce d’argent. Quand c’est le tour des ouvriers engagés en premier, ils pensent qu’ils vont recevoir plus. Mais ils reçoivent eux aussi une pièce d’argent chacun. En la recevant, ils se mettent à protester auprès du propriétaire. Ils disent : “Ces hommes qui ont été engagés en dernier n’ont travaillé qu’une heure. Pourtant, tu les paies comme nous. Et nous, nous avons supporté la fatigue d’une journée de travail et la grosse chaleur !” Mais le propriétaire répond à l’un d’entre eux : “Mon ami, je ne te fais pas de tort. Est-ce que tu ne t’étais pas mis d’accord avec moi pour un salaire d’une pièce d’argent ? Prends ton salaire et va-t’en. Je veux donner le même salaire que le tien à l’homme que j’ai engagé en dernier. Est-ce que je n’ai pas le droit de faire ce que je veux avec mon argent ? Ou bien es-tu jaloux parce que je suis généreux ?” C’est ainsi que les derniers seront les premiers, et les premiers seront les derniers. »