Un chef juif riche
Luc 18.18-30 : Un chef juif demande à Jésus : « Bon Maître, qu’est-ce que je dois faire pour hériter la vie éternelle ? » Jésus lui dit : « Pourquoi dis-tu que je suis bon ? Personne n’est bon, excepté Dieu. Tu connais les commandements : Ne commets pas d’adultère, ne tue pas, ne vole pas, ne mens pas quand tu témoignes contre quelqu’un, respecte ton père et ta mère. » 
Le chef répond : « J’obéis à tous ces commandements depuis que je suis jeune. »
Quand Jésus entend cela, il ajoute : « Une chose te manque encore : vends tout ce que tu as et donne l’argent aux pauvres. Alors, tu auras
 un trésor dans le ciel . Puis viens et suis-moi. »
En entendant ces paroles, l’homme devient tout triste, parce qu’il est très riche. Jésus le regarde et il dit : « Comme il est difficile aux riches d’entrer dans le royaume de Dieu ! Oui, il est plus facile à un chameau de passer par le trou d’une aiguille qu’à un riche d’entrer dans le royaume de Dieu ! »
Ceux qui entendent cela demandent : « Mais qui peut être sauvé ? »
Jésus dit : « Ce qui est impossible aux hommes est possible à Dieu. »
Pierre lui dit alors : « Nous avons laissé tout ce que nous avions pour te suivre ! »
Jésus leur dit : « Je vous l’affirme : personne n’aura laissé sa maison ou sa femme, ses frères ou ses parents, ou ses enfants pour le royaume de Dieu sans qu’il reçoive plusieurs fois plus dès maintenant. Et il recevra la vie éternelle dans le monde à venir. »

Un chef juif riche s’approche de Jésus et s’enquiert de la vie éternelle auprès de lui ; un sujet dont Jésus parle à l’occasion (voir cette rencontre, par exemple). Pour répondre à la question, Jésus se contente de présenter la loi comme tout le monde la comprend : cinq des dix commandements. Comme s’il s’attendait à une telle réponse, le chef juif affirme avec assurance les observer. Jésus le surprend alors : pour hériter la vie éternelle, cet homme ne doit pas se contenter d’observer les commandements. La chose qui lui manque encore et que Jésus lui demande de faire le décourage :

« Vends tout ce que tu as et donne l’argent aux pauvres… Puis viens et suis-moi. »

Jésus appelle tout le monde à le suivre, mais en appelant ce chef juif, Jésus était conscient de la seule chose qui le retenait : son attachement à la richesse. Sachant qu’il s’agit d’un obstacle commun, Jésus la souligne : il est si difficile aux riches d’entrer dans le royaume de Dieu ! Ceux qui sont riches ont tendance à s’enfermer dans leur petit royaume personnel. Mais le royaume de Dieu ne peut avoir qu’un seul roi, et ce n’est pas nous.
 
Ceux qui entendent Jésus dire qu’il est difficile à un riche d’entrer dans le royaume de Dieu sont choqués : leur éducation les avait amenés à croire que la richesse était une récompense de Dieu pour leur bonne conduite. « Mais qui peut être sauvé ? », demandent-ils.
Cette réaction est tout aussi commune aujourd’hui, bien sûr : nous semblons imaginer qu'une plus grande richesse est la solution à toutes les difficultés que nous rencontrons. En revanche, Jésus nous dit qu’une plus grande richesse peut, en fait, nous éloigner de la bonne solution.